Malek Chebel

Malek Chebel : réhabiliter l'islam

Depuis ce jour noir du 11 septembre 2001, l'islam a été mis à l'index planétairement et les musulmans tenus de justifier de leur bonne foi. En Occident, ils suscitent haine, violences, suspicion, et souvent, incompréhension. Mais que sait-on de l'islam ? Dans son Dictionnaire amoureux de l'islam, Malek Chebel remet les pendules à l'heure : selon lui, l'islam est porteur de paix et de beauté.

Islamologue

Malek Chebel est islamologue, anthropologue et psychanalyste, spécialiste de l'histoire des religions et de la civilisation arabe et musulmane. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la société musulmane qui sont aujourd'hui des références : La formation de l'identité politique, Dictionnaire des symboles musulmans, Le Corps en Islam, Encyclopédie de l'amour en Islam, Psychanalyse des Mille et Une Nuit

Voyage amoureux

Dans son 20e ouvrage, Dictionnaire amoureux de l'islam (Plon) , Malek Chebel aborde avec la plus grande liberté l'ensemble des questions qui ont trait à l'islam, comme le réformisme musulman, la répudiation des femmes, le voile ou la sexualité. Ce voyage amoureux est aussi un livre d'histoire et, par sa construction alphabétique, un recueil de plaisir dont les entrées sont autant d'invitations au voyage : désert, harem, littérature, peinture… lettre après lettre, il décline les mille et un raffinements qui nous fascinent tant dans la culture orientale.

L'islam est pluriel

Pour Malek Chebel, les musulmans souffrent de cette image négative de leur religion. « La plupart des musulmans sont pris en tenaille entre un groupuscule de musulmans violents, qui veulent islamiser le monde, et la grande majorité des Occidentaux qui ne comprennent rien à l'islam ». Son but est donc de réhabiliter l'islam, de dire que l'islam est pluriel, et a un cœur qui bat. Il est fait d'émotions de chair et de vie. Ce n'est pas seulement une religion qui interdit. Il rappelle que dans le passé, l'islam a été novateur dans bien des aspects de la vie collective et sociale.

L'héritage d'une civilisation

Il ne touche pas au Coran, ni à la foi ni à Dieu. Il analyse en sociologue l'évolution et les mutations des mentalités au sein du monde arabe et de l'islam. Malek Chebel défend l'idée qu'à travers les siècles, il y a eu de grandes périodes de paix, de créativité et de bonheur : « c'est au nom de ces siècles-là que je travaille, au nom d'un grand nombre de savants, de littérateurs, de grammairiens, de juristes, de médecins et de califes ou sultans dilettantes que je m'exprime, en étant avec d'autres, le dépositaire de cet héritage. »

Le manichéisme des fondamentalistes

Selon lui, les islamistes intégristes ramènent la pensée au 7e siècle. Ils font table rase de l'apport musulman dans le domaine philosophique, de toutes les réformes et mutations que la religion a connues. Ils s'accrochent au Coran et aux théologiens fondamentalistes pour donner aujourd'hui une lecture complètement anachronique. Leur conception se limite à une vision duelle de pur et d'impur. Malek Chebel refuse ce manichéisme; selon lui c'est un détournement à l'échelle planétaire.

Un islam des Lumières

L'islam dont il parle, c'est celui du partage : « celui qui amène au monde l'algèbre, l'arithmétique, la parfumerie, une gastronomie brillante, une musique, une maison de la sagesse et qui s'occupe de cosmologie, fondée sur la raison, sur les connaissances et le travail, sur l'échange et le respect d'autrui. J'ai essayé de montrer que l'islam est plus humain qu'on ne le pense, il est plus accessible, plus proche de nous, il parle au cœur, à l'émotion et n'est pas là pour semer la terreur dans le monde. »

^  top

Partager