Patrimoine bâti en Afrique classé Patrimoine Mondial de l’Humanité

Objectif du Projet

L’association, qui a pour mission de faire connaître et de mettre en valeur les arts et cultures d’Afrique, souhaite organiser une manifestation culturelle sur une durée de trois semaines, autour du thème central du patrimoine bâti en Afrique, classé patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

Cette manifestation se présentera sous la forme d’une exposition permanente, agrémentées de conférences sur la thématique de la civilisation et de l’architecture en Afrique, d’ateliers découverte jeune public, la projection de films documentaires avec éventuel déplacement d’écrivains, archéologues, réalisateurs ou acteurs, la venue d’ambassadeurs permanents d’états africains auprès de l’UNESCO.

Contexte du Projet

Fruit d’un long mûrissement de plusieurs années, ce projet est né de la volonté de faire découvrir au grand public les cultures et civilisations d’Afrique au travers de leurs lieux de vie, et notamment l’habitat et les monuments publics.

C’est donc sur les modes d’expression architecturaux que cette exposition va se baser pour valoriser la créativité de l’homme en Afrique, tant en ce qui concerne l’expression artistique que l’utilisation, la combinaison et l’agencement des différents matériaux disponibles sur place.

Devant la multitude de perles et joyaux architecturaux que compte l’Afrique, l’APACA a décidé de centrer l’essentiel de sa réflexion sur le patrimoine mondial de l’Humanité. C’est pourquoi au travers de cette manifestation l’on pourra découvrir une sélection du patrimoine bâti africain, classé Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

L’objectif est d’attirer le regard sur l’action de l’homme sur son habitat, la façon dont il a pu modeler les ressources de son environnement pour constituer un véritable patrimoine livré à la postérité. De nombreux sites sont classés par l’UNESCO en Afrique : des sites naturels et des sites culturels. Nous avons volontairement retenu les sites culturels, bâtis, et relevant de cultures typiquement africaines, parfois méconnues, et dont le raffinement et la technicité méritent qu’on s’y attarde.

Les sites culturels coloniaux, gréco-romains, rupestres, mégalithiques ou chargés d’un passé douloureux ne feront donc pas l’objet de cette exposition car ils n’attestent en rien de la spécificité et originalité africaine.

Le hasard des calendriers a voulu que cette manifestation se situe dans un contexte particulièrement ouvert quant à l’architecture puisque est célébré cette année le tricentenaire de la mort du célèbre architecte Vauban, à qui la ville de Besançon doit beaucoup de son patrimoine et de sa richesse architecturale. A souligner qu’un dossier vient d’être présenté par le gouvernement à l’ambassadeur de France auprès de l’UNESCO pour , avec 14 autres villes de France, obtenir le label « patrimoine mondial » sur les sites Vauban.

Date et lieu de l'exposition

L’exposition aura lieu du 10 au 28 avril 2007, à Besançon, dans l’ancienne salle des « Pas Perdus » du centre diocésain Pierre Ier de Grammont : 20, rue Mégevand, 25000 Besançon.

Pourquoi ce lieu ? Tout d’abord pour sa situation privilégiée en plein centre ville de Besançon, lieu de culture et de brassage à proximité des facultés. D’autre part, la salle en elle-même se prête tout particulièrement à ce genre de manifestations qui d’ailleurs s’y succèdent régulièrement, comme l’exposition récente qui avait pour thème Le Corbusier.

Rénovée et dédiée à la culture sous l’impulsion et la volonté du Diocèse de Besançon et sa commission culturelle, cette salle (60 m sur 7 m) a pour ambition de devenir un lieu incontournable de rencontre et d’échange culturel à Besançon.

Remarque : à côté de cette salle, un auditorium d’une capacité d’environ 80 personnes, sera utilisé pour des projections ou conférences-débats.

Salle d'exposition

Une installation, établie en collaboration avec le Lycée François-Xavier de Besançon, conduira le visiteur à travers les différents paysages et zones climatiques d’Afrique : désert, savane, brousse, forêt équatoriale, relief.

Cette progression au travers des différents milieux naturels d’Afrique sera agrémentée d’un décors végétal caractéristique, avec l’aide du Jardin Botanique de Besançon, qui sensibilisera l'opinion sur les végétaux originaires d'Afrique et dont bien souvent l'on ignore la provenance, ainsi que sur les cultures vivrières et plantes caractéristiques des biomes africains.

Une exposition permanente, prêtée par l’Unesco, sur panneaux, présentera le patrimoine mondial l'Humanité classé par l’UNESCO.

A cette exposition, d’autres présentations du patrimoine bâti africain, classé patrimoine mondial de l’Humanité, seront adjointes ainsi que des présentations et descriptions des différents matériaux et techniques de construction en collaboration avec le Lycée Adrien Paris de Besançon. Les principaux matériaux de construction présentés sous forme d’échantillons de bonne taille seront la pierre calée, la pierre jointée, la brique sèche, la brique cuite, le pisé, le banco ou adobe et le torchis. Principales techniques de construction dans les zones répertoriées.

Un panneau sera dédié à la présentation des actions de l’UNESCO et la mise en valeur du patrimoine mondial.

Soirée d'inauguration

Une grande soirée inaugurale aura lieu le 10 avril 2007. Elle comportera entre autres un buffet de vernissage assorti d’un discours de bienvenue et d’une conférence menée par un membre du World Heritage Centre de l’UNESCO, qui aura pour but de présenter l’UNESCO ainsi que ses missions et activités de par le monde. Seront conviés des ambassadeurs permanents de certains états Africains auprès de l’UNESCO, des autorités de la ville de Besançon du monde associatif et du diocèse de Besançon, sans oublier le milieu universitaire, les historiens et les nombreux partenaires de l’APACA.

Atelier découverte pour les jeunes

Un stand d’exposition et d’animation sera dédié au jeune public.

Une exposition de jouets traditionnels africains présentera également l’originalité et l’inventivité des enfants africains en collaboration avec le Musée du Jouet de Moirans-en- Montagne et illustrera l’habitat comme étant avant tout un lieu de vie, un lieu vivant, où grandissent et se meuvent, s’organisent et se distraient petits et grands. Des animations tournant autour de la découverte du jouet et du jeu sont envisagées sur place avec des représentants du musée du jouet.

Un atelier de percussions africaines sera en outre accessible au jeune public, animé par Alexandre Joly, initié au Burkina Faso et habitué des rencontres avec les enfants.

Projection du film « Sur les traces des pharaons noirs » (de Stéphane Goël) suivi d'un débat-conférence

Film retraçant l’œuvre de Charles Bonnet, éminent archéologue genevois qui a voué une bonne partie de sa vie aux recherches sur les sites soudanais des « pharaons noirs » nubiens, dont certains sont classés au Patrimoine Mondial de l’Humanité. La projection aura lieu au Kursaal à Besançon le 19 avril 2007, et sera suivie d’une conférence débat avec Sophie Roussel, journaliste à la télévision Suisse Romande, coréalisatrice.

Cette action se fera en partenariat avec l’association Fortis de Besançon, organisatrice des « Mardis de l’Archéo » et du Festival International du Film d’Archéologie de Besançon, parmi de nombreuses activités gravitant autour du thème de l’archéologie.

Soirée(s) conférence(s)-débat(s)

Diverses conférences débats auront lieu en soirée selon disponibilités des intervenants, menées par des spécialistes de l’UNESCO, des archéologues ou autres spécialistes de l’Afrique.

Les thèmes abordés, en lien avec le patrimoine bâti africain et/ou l’UNESCO, pourront couvrir les domaines de l’archéologie, de la culture, de l’histoire ou de missions spécifiques et localisées de l’UNESCO.

Collaboration des ressortissants africians de Besançon

Dans le cadre de cette manifestation, l’APACA se fait un point d’honneur d’inclure et d’associer les ressortissants africains de la région à cette démarche culturelle. De nombreux ressortissants africains participeront donc activement à cette manifestation et nous ferons part de leur vision de leur culture et de leur architecture.

Des objets du quotidien en Afrique ainsi que des photographies personnelles nous seront présentés par leurs détenteurs.

Les ressortissants, présents au vernissage, nous présenteront leurs costumes traditionnels ainsi que les saveurs de leur gastronomie locale.

Rencontre avec les Clubs UNESCO de la région

Il nous est apparu essentiel d’associer les clubs UNESCO de la région afin qu’il puissent nous présenter leurs associations et activités, en particulier liées à l’Afrique, lors d’une ou plusieurs soirées de rencontre et d’échanges. Des liens sont établis de même qu’avec la fédération nationale des clubs UNESCO.

Intervention sur le patrimoine bâti cultuel en Afrique

Le centre diocésain de Besançon, en collaboration avec le service de la Coopération Missionnaire, se propose de présenter certaines des constructions cultuelles en Afrique, entreprises par des missionnaires et religieux franc-comtois, initiant ainsi une réflexion sur l'influence régionale dans le patrimoine bâti africain.

Liste des sites retenus

Afrique du Sud :

1- Paysage culturel de Mapungubwe (2003) : vestiges dont certains palais quasi intacts, d’un royaume et d’une civilisation éteinte au XIVème siècle + cadre naturel exceptionnel.

Algérie :

2- Vallée du M’Zab (1982) : un des seuls endroits peuplés par les ibadites. Urbanisme remarquable encore source d’inspiration aujourd’hui. 5 Ksours (villages fortifiés). Xème siècle.

Bénin :

3- Palais royaux d’Abomey (1985) : originalité des matériaux (bois, pisé) et diversité des oeuvres, 12 rois d’Abomey (1650-1900).

Égypte :

4- Le Caire islamique (1979) : ville islamique très bien conservée (Xème-XIVème siècles).

5- Thèbes antique et sa nécropole (1979) : civilisation égyptienne pharaonique, vallées des rois et en particulier Vallée es reines.

6- Zone Sainte-Catherine (2002) : monastère Ste Catherine, VIème siècle. Architecture byzantine.

Éthiopie :

7- Églises creusées dans le roc de Lalibela (1978) : XIIIème siècle. Eglises monolithes de la « nouvelle Jérusalem.

8- Fasil Ghebi (1979) : ville fortifiée, empereur éthiopien Fasilidés et successeurs XVIème et XVIIème siècles, royaume du Gondar (ancienne capitale de l’Ethiopie).

9- Axoum (1980) : ancienne capitale du royaume du même nom (Ier à XIIIème siècles).

10- Harar Jugol, la ville historique fortifiée (2006) : ville sacrée musulmane XIIIème à XVIème siècle.

Ghana :

11- Bâtiments traditionnnels ashanti (1980) : maisons bois, terre et chaume XVIIIème siècle, civilisation des Ashanti.

Libye :

12- Ancienne ville de Ghadamès (1986) : une des plus anciennes cités présahariennes, dans une oasis. Ier siècle.

Kenya :

13- Vieille ville de Lamu (2001) : ville sainte islamique et la mieux conservée des villes de peuplement swahili (XIXème siècle).

Madagascar :

14- Colline royale d'Ambohimanga (2001) : cité royale et site funéraire, symbole de la culture malgache (XVIème siècle).

Partenariats

Association Fortis — Besançon
Association Francas — Besançon
Association la voie des fleurs
Alexandre Joly
Centre diocésain de Besançon
Clubs UNESCO de Franche-Comté
CROUS de Besançon
Jardin Botanique de Besançon
Lycée Adrien Paris de Besançon
Lycée François-Xavier de Besançon
Maison de l’Etudiant
Musée du Jouet de Moirans-en-Montagne
Petit Kursaal
Ressortissants africains de Besançon
UNESCO – World Heritage Centre
Université de Franche-Comté
Ville de Besançon

Plus d'information

Le bâti en Afrique classé patrimoine mondial de l’humanité. Tous les documents [ZIP]

^  top

Partager