Ali Farka Touré, le miel n’est jamais bon dans une seule bouche

 

Un film de Marc Hureaux

Date de Sortie nationale : 10 Juillet 2002. Film Français.

Genre : Documentaire

Durée : 1h 50min.

Année de production : 2000

Le Jeudi 25 juin 2009 à 20h au cinéma Plazza Victor Hugo de Besançon

Entrée gratuite aux 10 premières personnes qui diront « blues »

Le film sera accompagné par Mathieu Richard, animateur de l’émission Black Voices sur Radio BIP 96.9 FM

Note APACA :

En partenariat avec cet Africiné, l’émission Black Voices vous propose en Juin un programme particulier dédié au Mali : sur Radio BIP 96.9 FM

  • Dimanche 21 Juin 10h/11h : Black Voices spéciales Mali
  • Lundi 22 Juin 19h30/20h30 : Black Voices spéciales Rail Band
  • Mardi 23 Juin 19h30/20h30 : Black Voices spéciales Salif Keïta et les ambassadeurs
  • Dimanche 28 juin 10h/11h : Black Voices spéciales chanteuses maliennes
  • Lundi 29 Juin 19h30/20h30 : Black Voices spéciales Mali des années 60 à nos jours
  • Mardi 30 Juin 19h30/20h30 : Black Voices spéciales Ali Farka touré Synopsis : Portrait d'Ali Farka Touré, guitariste, chanteur et compositeur malien né en 1939. Instrumentiste talentueux, il a su développer une technique très personnelle de jeu de guitare occidentale, tout en exprimant la filiation directe entre le blues américain et les traditions du Nord-Ouest du Mali.

Biographie de Ali Farka Touré

Ali Farka Touré est originaire de Kanau, un village proche du fleuve Niger, à environ 65 km de Tombouctou. Il appartient à une famille noble de l’ethnie Djerma, elle-même issue de l’ethnie Songhaï. Son père était un militaire, il décède pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa famille s’installe alors à Niafunké (250 km au sud-ouest de Tombouctou). Il ne fréquente pas l’école, il passe ses journées à travailler aux champs. Déjà, il s’intéresse à la musique, et plus particulièrement à certains instruments : le gurkel, petite guitare traditionnelle, le njarka, violon populaire, la flûte peul ou le luth ngoni à quatre cordes.

En 1956, il assiste au concert de Fodéba Keïta, musicien guinéen. Parallèlement à sa profession (il est chauffeur), il reprend des airs traditionnels. Il rencontre l’écrivain Amadou Hampâté Bâ avec qui il parcourt le Mali à la découverte des musiques traditionnelles. En 1960, Ali Farka Touré fonde et dirige son premier groupe, La Troupe 117 avec laquelle il parcourt le Mali à travers les festivals. En 1968, il effectue son premier voyage hors d’Afrique pour se rendre au festival international des arts à Sofia (Bulgarie). Il entre en 1970 dans l’orchestre de Radio Mali tout en travaillant comme ingénieur du son dans la même radio. En 1973, l’orchestre est dissous par le gouvernement.

Farka Touré commence alors une carrière solo en donnant des concerts dans toute l’Afrique de l’Ouest. Son premier disque Farka sort en 1976. Dans les années 1980, il effectue plusieurs tournées internationales en Europe, au Japon et aux États-Unis. Après quelques albums à succès, il enregistre en 1991 The Source avec le bluesman Taj Mahal et s’ouvre ainsi à la fusion de la World music. La sortie en 1993 de l’album Talking Timbuktu en duo avec Ry Cooder, le guitariste américain, le propulsera sur la scène internationale avec succès : il reçoit un Grammy Award pour cet album.

En 1996, il enregistre un album en songhaï, en peul et en tamasheq qu’il intitule Radio Mali en hommage à ses années passées à la radio nationale malienne. En 1997, Ali Farka Touré annonce qu’il veut se consacrer à l’agriculture dans son village, Niafunké. Son investissement principal sera de faire installer des pompes à eau puisant dans le Niger pour l’irrigation des champs alentour. Son investissement pour le développement local fera qu’il sera élu maire de la ville de Niafunké sur une liste de l’Union pour la république et la démocratie. En corollaire, il sort l’album intitulé Niafunké, où il abordera à travers les chansons le travail de la terre, l’éducation, la justice et l’apartheid.

En 2005, Ali Farka Touré publie In the Heart of the Moon, avec Toumani Diabaté. Cet album obtient le 8 février 2006 le Grammy Award du meilleur album traditionnel de musique du monde, offrant ainsi à Ali un deuxième Grammy Award. En avril 2005, il crée une fondation portant son nom qui a pour but d’organiser un festival biannuel de jazz à Niafunké et créer un centre de formation de jeunes artistes en instruments traditionnels locaux.

Ali Farka Touré décède le 7 mars 2006, au matin, à Bamako. Il souffrait d’un cancer des os depuis plusieurs années et était paralysé depuis quelques mois, selon Ali Guindo, coordinateur de la fondation Ali Farka Touré. Il est inhumé à Niafunké. Selon sa maison d’édition, World Circuit, Ali Farka Touré venait de terminer le travail sur un dernier album en solo. Ce sera Savane, album posthume, héritage d’Ali Farka Touré que Ry Cooder qualifie « d’absolument parfait ».

En 2008, un de ses morceaux a été utilisé pour le film ivoirien Amour & Trahison de Hervé Éric Lengani.

^  top

Partager